Contre-culture

 

La Contre Culture et la revue LE PARAPLUIE ou un groupe comme FILLE QUI MOUSSE sont
l’aboutissement d’un mouvement né après la Deuxième guerre mondiale avec l’apparition du Lettrisme fondé par Isidore ISOU (1) dont un de ses livres “Le Soulèvement de la Jeunesse” est
un emblème annonciateur. ‘ ‘

Autour de lui, Gabriel POMERAND(2), Maurice LEMAITRE (3), Jean-Louis BRAU(4), Guy
DEBORD(5), Gil WOLMAN(6). Au sein des lettristes des dissidences apparaissent rapidement.  En 1952 I’INTERNATIONALE LETTRISTE‘ qui réunit Jean-Louis BRAU, Guy DEBORD, Gil
WOLMAN, Serge BERNA marque une coupure importante avec Isidore ISOU.

En 1957, à Albisola, en ltalie Guy, DEBORD établit les bases de l’INTERNATlONALE
SITUATIONNISTE (1957~1972). Parmi les fondateurs un peintre anglais Ralph RUMNEY(7). C’est
plus qu’une séparation d‘avec le LETTRISME.

Dans ce climat de ruptures et de luttes sociales (Mai 68 est encore dans toutes les mémoires)
FILLE QUI MOUSSE rassemble ses énergies avec un clin d‘œil à Andy WARHOL celui qui anime à New York un haut lieu de la création multidirectionnelle : la FACTORY. Mais avec aussi un salut amical a Félix
GUATTARI rencontré dans un chemin parallèle ou circulent des énoncés de Liberté.

Avec des chassés—croisés à la Bourgogne (brasserie bicentenaire de la Place des Vosges) où dans
les années 1960 je rencontre Lucien ZABUSKI (premier chanteur du groupe MAGMA) ou
I’écrivain—poète essayiste Serge GRUNBERG (l’un des spécialiste de William BURROUGHS).
Nous y préparons nos travaux futurs. Mais je me rends aussi rue de Seine ou rue Caulaincourt
avec Ie peintre Patrick NEGRONI et Angéline NEVEU (8), tous deux faisant partie des ENRAGES
DE NANTERRE (mouvement étudiant né en janvier 1968, I‘un des catalyseurs de Mai 68).

Sans oublier I’un des lieux ou nous répétons alors le Souterrain- local situé a cette époque
dans le XVlléme arrondissement— local de Claude PALMER imprimeur, photographe et voyant
(au sens de LAUTREAMONT) éditeur du journal “RIEN».

Sans oublier non plus ces poètes incontournables comme Claude PELIEU (9) ou Michel
BULTEAU(10) I’un des co—auteurs du “Manifeste électrique”.

FILLE QUI MOUSSE (membre du FLIP, FRONT de LIBERATION et d’lNTERVENTlON POP) (11) est
un groupe auquel participent les frères LENTIN membres de DAGON, Richard AUBERT de
KOMINTERN qui nous rejoint le temps d‘un concert à la Faculté DAUPHINE. On retrouve FILLE
QUI MOUSSE, RED NOISE et KOMINTERN sur un camion alimenté par un groupe électrogené
pour commémorer l’anniversaire de la COMMUNE DE PARIS en mars 1971 (12)

Le journal Le PARAPLUIE et FILLE QUI MOUSSE sont indissociables d’une certaine manière. Tous deux  sont marqués par les conseils et l’amitié de Jean-Louis BRAU. C’est après un dîner et une réunion de travail, rue Cadet, chez Jean-Louis et sa compagne Eliane PAPAÏ que je trouve le titre du journal.

Il y a dans Le PARAPLUIE et FILLE QUI MOUSSE la même rupture culturelle, rédactionnelle et
visuelle pour l‘un, musicale et “a-poétique” pour l’autre. (13)

Rupture culturelle dans le choix de certains instruments avec une conception des sons et des mélodies qui sont proches des collages sonores et des juxtapositions d’univers de notes qui se
répètent avec une démesure de la mesure.

Ces notions viennent de la, musique de tradition orale, des Arts plastiques des grandes révolutions du début du XXème siècle, mais aussi de gens très proches de nous. Ces notions sont issues également des visions poétiques et des collages de Claude PELIEU que nous rencontrons en Angleterre avec BRAU, en faisant un détour pour rendre visite à Ralph RUMNEY.

Initialement le groupe a failli s’appeler SUPERMARKET à l’initiative de Bernard GILSON en
référence à Andy WARHOL qui expose alors au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris où
joue DAGON lors du vernissage.

FiLLE QUI MOUSSE c’est aussi Benjamin LEGRAND. et son frère Olivier LEGRAND.

S’il n’est pas présent dans le groupe, Jean-Denis MARTIGNON est un personnage irremplaçable
qui au sein de PARAPLUIE a assuré une part rédactionnelle non négligeable, dans un contexte
difficile. il a traversé le chemin de FILLE QUI MOUSSE et de PARAPLUIE avec son élégance de
dandy. Tout comme cet érudit du cinéma parallèle Jonathan FARREN.

Avec depuis ces années la présence et l’amitié de Gilles YEPREMIAN cet animateur infatigable de la musique et de la Contre Culture. Et le soutien de Paul ALESSANDRINI dans les pages de ROCK AND FOLK, l’un des créateurs d’ACTUEL avant son rachat par Jean-François BIZOT.

Henri Jean ENU

NOTES

Elles retracent de manière très brève des itinéraires et des démarches qui méritent des développements importants.
1) lsidore lSOU (1925-2007)Ie fondateur du LETTRISME et du GROUPE LETTRISTE et dont les disciples dissidents lui ont donné de belles lettres de noblesse. Le Lettrisme est toujours vivant grâce aux frères SABATIER, à CURTAY, BROUTIN et d’autres membres comme Jacques SPACAGNA
2) Gabriel POMERAND (1925-1972). Grand poète et premier compagnon d‘lsidore ISOU
3) Maurice LEMAITRE, né en 1926 aussi l’un des premiers compagnons d’lsidore ISOU. Peintre et poète, animateur de revues.
4) Jean-Louis BRAU (1930-1985) Peintre poète. écrivain, auteur du “Singe appliqué”. li rejoint très tôt lsidore ISOU avec François DUFRENE membre du NOUVEAU REALISME.  BRAU cofondateur de l’lNTERNATIONALE LETTRISTE. Il collabore au journal “LE PARAPLUIE” dès les premiers numéros. Une figure de la Contre Culture.
5) Guy DEBORD (1931-1994) Grand penseur révolutionnaire fondateur de l’INTERNATIONALE SITUATIONNISTE et de la REVUE SITATIONNISME. L‘un des intellectuels dont de nombreux concepts ont été repris par les media. Son essai “La Société du Spectacle” sort en 1957.
6) Gil WOLMAN (1929-1995) Auteur avec Guy DEBORD en 1956 du texte “Mode d’emploi du détournement” qui préfigure la création du cut up par Brion GYSIN et William BURROUGHS l’auteur du “Festin nu”.
7) Ralph RUMNEY (1934-2002) Peintre et cofondateur de I’INTERNATIONALE SITUATIONNISTE. || écrit dans la revue “LE PARAPLUIE”.
8) Angéline NEVEU (1946-2011) Poétesse, directrice de collection. Une représentante de la Contre Culture
9) Claude PELIEU (1934-1002). Poète et plasticien, auteur de nombreux collages, il est selon Gérard-Georges LEMAIRE dans le”MAGAZINE LITTERAIRE” (1980) “le seul poète beat d’expression française”. Claude PELIEU est très présent par ses poèmes ou collages dans “LE PARAPLUIE”10) Michel BULTEAU. Né en 1949. Poète et chanteur du célèbre groupe MAHOGANY BRAIN. Une des personnalités marquantes de la Contre Culture dont il apporte en 1971 une première contribution de poids avec “Le Manifeste électrique aux paupières de jupes” qui sort aux Editions du SOLEIL NOIR. En compagnie de Mathieu MESSAGIER, Jean-Jacques FAUSSOT. Jacques FERRY, Patrick GEOFFROIS, Thierry LAMMARRE, Zéno BIANU.
11) Christophe BOURSEILLER “L’extrémisme une grande peur contemporaine” CNRS Editions
12) Philippe DAUFOUY et Jean Pierre SARTON dans “Pop Music/rock“ (Editons Champ Libre) relate l’événement.
13) Cette rupture culturelle présente dans PARAPLUIE et FILLE QUI MOUSSE provient du fait que dans l’un, en dehors de l‘aspect financier, j‘assure les choix rédactionnels et la mise en page, dans l’autre la majorité des compositions musicales.